Trop drôle

 
 
Précédente... 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
Histoires droles - Histoires longues...

Le Capitaine Courage était une légende des océans. Il n'avait, paraît-il, jamais connu la peur.
Un jour, au large des côtes d'Espagne, il avait croisé un navire de pirates et, se préparant à la bataille, il avait réclamé à voix haute à l'un de ses marins : "Qu'on m'apporte ma chemise rouge !".
Devant tout l'équipage, il enfila sa chemise et, quelques heures plus tard, remporta la victoire. Une autre fois, on entendit le veilleur, perché sur son mat, crier : "Alerte, alerte ! Deux navires pirates à bâbord. Nous les croiserons dans 25 minutes !".
Le Capitaine réagit immédiatement : "Qu'on m'apporte ma chemise rouge !".
Et après une lutte sanglante et un abordage brutal, il célébra une nouvelle victoire à la tête de ses hommes.
Cette chemise rouge était devenue un mystère. Un jour, le second du navire se hasarda à demander au Capitaine Courage : "Mais pourquoi cette chemise rouge, Capitaine ?" Le fier officier répondit haut et fort : "Si je suis blessé pendant l'assaut, mes hommes ne s'en apercevront pas et donc conserveront leur ardeur au combat..."
Et tout l'équipage applaudit.
Quelques jours plus tard, une flotte de navires pirates est signalée par le veilleur : "Alerte, alerte ! Douze bâtiments ennemis à tribord. Nous les croiserons dans 20 minutes !" Le Capitaine cria aussitôt à l'attention de son second : "Qu'on m'apporte mon pantalon marron !"

Vous avez 2 vaches. Vos voisins vous aident à vous en occuper et vous partagez le lait.

COMMUNISME :
Vous avez 2 vaches. Le gouvernement vous prend les deux et vous fournit en lait.

FASCISME :
Vous avez 2 vaches. Le gouvernement vous prend les deux et vous vend le lait.

NAZISME :
Vous avez 2 vaches. Le gouvernement vous prend la vache blonde et abat la brune.

DICTATURE :
Vous avez 2 vaches. Les miliciens les confisquent et vous fusillent.

FEODALITE :
Vous avez 2 vaches. Le seigneur s'arroge la moitié du lait.

DEMOCRATIE :
Vous avez 2 vaches. Un vote décide à qui appartient le lait.

DEMOCRATIE REPRESENTATIVE :
Vous avez 2 vaches. Une élection désigne celui qui décidera à qui appartient le lait.

DEMOCRATIE DE SINGAPOUR :
Vous avez 2 vaches. Vous écopez d'une amende pour détention de bétail en appartement.

ANARCHIE :
Vous avez 2 vaches. Vous les laissez se traire en autogestion.

CAPITALISME :
Vous avez 2 vaches. Vous en vendez une, et vous achetez un taureau pour faire des petits.

CAPITALISME DE HONG KONG :
Vous avez 2 vaches. Vous en vendez 3 à votre société cotée en bourse en utilisant des lettres de créance ouvertes par votre beau-frère auprès
de votre banque. Puis vous faites un " échange de lettres contre participation", assorti d'une offre publique, et vous récupérez 4 vaches dans l'opération tout en bénéficiant d'un abattement fiscal pour l'entretien de 5 vaches. Les droits sur le lait de 6 vaches sont alors transférés par un intermédiaire panaméen sur le compte d'une société des îles Caïman, détenues clandestinement par un actionnaire qui revend à votre société cotée les droits sur le lait de 7 vaches. Au rapport de ladite société figurent 8 ruminants, avec option d'achat sur une bête supplémentaire. Entre temps vous abattez les 2 vaches parce que leur horoscope est défavorable.

CAPITALISME SAUVAGE :
Vous avez 2 vaches. Vous vendez l'une, vous forcez l'autre à produire comme quatre, et vous licenciez l'ouvrier qui s'en occupait en l'accusant d'être inutile.

BUREAUCRATIE :
Vous avez 2 vaches. Le gouvernement publie des règles d'hygiène qui vous invitent à en abattre une. Après quoi il vous fait déclarer la quantité
de lait que vous avez pu traire de l'autre, il vous achète le lait et il le jette. Enfin, il vous fait remplir des formulaires pour déclarer la
vache manquante.

ECOLOGIE :
Vous avez 2 vaches. Vous gardez le lait et le gouvernement vous achète la bouse.

FEMINISME :
Vous avez 2 vaches. Le gouvernement vous inflige une amende pour discrimination. Vous échangez une de vos vaches pour un taureau que vous trayez aussi.

SURREALISME :
Vous avez 2 vaches. Le gouvernement exige que vous leur donniez des leçons d'harmonica.

CAPITALISME EUROPEEN :
On vous subventionne la première année pour acheter une 3ème vache. On fixe les quotas la deuxième année et vous payez une amende pour
surproduction. On vous donne une prime la troisième année pour abattre la 3ème vache.

MONARCHIE CONSTITUTIONNELLE BRITANNIQUE :
Vous tuez une des vaches pour la donner à manger à l'autre. La vache vivante devient folle. L'Europe vous subventionne pour l'abattre. Vous
la donnez à manger à vos moutons.

CAPITALISME A LA FRANCAISE :
Pour financer la retraite de vos vaches, le gouvernement décide de lever un nouvel impôt : la CSSANAB (cotisation sociale de solidarité avec
nos amies les bêtes). Deux ans après, comme la France a récupéré une partie du cheptel britannique, le système est déficitaire. Pour financer le déficit on lève un nouvel impôt sur la production de lait : le RAB (Remboursement de l'Ardoise Bovine). Les vaches se mettent en grève.
Il n'y a plus de lait. Les Français sont dans la rue : " DU LAIT ON VEUT DU LAIT". La France construit un lactoduc sous la manche pour
s'approvisionner auprès des Anglais. L'Europe déclare le lait anglais impropre à la consommation. On lève un nouvel impôt pour l'entretien du lactoduc devenu inutile: le IDLQV (l'Impôt Du Lactoduc Qu'est Vide) etc, etc......

REGIME CORSE
Vous avez deux cochons qui courent dans la forêt. Vous déclarez 20 vaches et vous touchez les subventions européennes.

La première fois pour une fille.
C'est ta première fois. Pendant que tu mens en retour, tes muscles se détendent. Tu le lâches en cherchant une excuse, mais il refuse d'être balance et il s'approche de toi. Il te demande si tu as peur, mais tu secoues la tête bravement. Il a eu plus d'expérience, mais c'est la première fois que son doigt trouve le bon endroit. Il découvre profondément et tu frissonnes ; ton corps se tend; mais il est doux comme il l'avait promis. Il te regarde profondément dans les yeux et te dit de lui faire confiance, il te l'a demandé plusieurs fois avant. Son sourire te rassure et tu ouvres plus grand pour lui donner plus de place pour une entrée facile. Tu commences à le supplier et tu le pries de se dépêcher, mais il prend son temps lentement, voulant te causer le moins de mal possible. Pendant qu'il presse plus fort, va plus loin, tu sens la peau s'en aller ; la douleur ressort de ton corps et tu sens le mince filet de sang en même temps qu'il continue. Il te regarde, attentionné, et te demande si ça fait trop mal. Tes yeux sont pleins de larmes, mais tu secoues la tête et tu fais non en lui disant de continuer. Il commence à rentrer et sortir avec habileté, mais tu es trop engourdie pour le sentir en toi. Après quelques moments, tu sens quelque chose sortir de toi et il se sort de toi, tu restes haletante, heureuse d'en avoir fini. il te regarde et te sourit chaleureusement, te dit que tu as été sa plus têtue récompense jusqu'a maintenant. Tu souris et remercies TON DENTISTE. Après tout, c'était la première fois que tu te faisais arracher une dent.
Bande de Vilain, je sais, à quoi vous pensiez!

Un homme marche tout seule dans le désert, son chameau c'est enfuit avec l'eau et la nouriture.
Au bout d'un moment il voit un marchand. Il s'approche de lui et dit:
- De l'eau, s'il vous plait de l'eau !
Le marchand:
- Désolé, moi je n'ai pas d'eau, je ne vend que des cravates !
Alors l'hommes reprend sa route, il est de plus en plus fatiguer, et le soleil brille haut dans le ciel.
Quelques heures plus tard l'homme voit un deuxième marchand. Mort de soif il s'avance vers lui a genoux. Et il lui dit:
-e l'eau.. s'il..vous...plait !
Le deuxième marchand:
- Ah non, désolé, moi je ne vend que des cravates !
Alors l'hommes reprend sa route. Une demi heure plus tard il tombe sur un troidième marchand. L'homme s'avance avec difficulté (il rempe) et dit à bout de souffle:
- De l'eau... je...vous...en supplit...de l'eau !
Le troisième marchand:
- Ah désolé mon bon monsieur, je ne vend que des cravates moi. Mais un peu plus loin, dans cette direction il y a un bistro.
L'homme:
- Merci... Merci beaucoup!!!
Alors l'homme va en direction du bistro, cinq min plus tard il le voit enfin. Il commence à courrir. Il arrive enfin à l'entrée du bar et demande:
- De l'eau s'il vous plait de l'eau!
Le serveur:
- Ah désolé monsieur mais ici on ne sert que ceux qui ont des cravattes !

Précédente... 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13